Les origines du Bouddhisme

Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » ven. 18 août 2017 11:40

Gandhara : L'envol Du Bouddhisme

Un magnifique reportage sur l'envol du Bouddhisme et sa propagation en différents courants.
Ce reportage reprend les travaux d'archéologues, scientifiques et traducteurs qui apportent un éclairage nouveau sur les origines du Bouddhisme.

On y apprend notamment que :

<< c'est parce qu'il était convaincu que l'homme est à la recherche d'idoles, que Bouddha le Bienheureux a expressément interdit toute représentation de sa personne, il accordait ainsi la primauté aux seuls messages spirituels contre l'inclination naturelle des hommes à l’idolâtrie >>

Le Bouddha était représenté a l'origine par un lotus, un cheval sans cavalier ou un arbre.
flower_mid

Avatar de l’utilisateur
yves
Oiseau
Oiseau
Messages : 714
Inscription : ven. 26 févr. 2016 13:01
Localisation : Bernardswiller

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par yves » ven. 18 août 2017 12:34

jap_8
oui à ce qui est
tout change
tout est maintenant
être tout
Avatar de l’utilisateur
ted
Vacuite
Vacuite
Messages : 13277
Inscription : mar. 8 juin 2004 16:48
Contact :

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ted » ven. 18 août 2017 17:13

ShraWaKa a écrit :
ven. 18 août 2017 11:40
Le Bouddha était représenté a l'origine par un lotus, un cheval sans cavalier ou un arbre.
flower_mid
Tiens... :roll: de mémoire, il me semblait qu'au tout début, c'était une empreinte de pas, en creux ?

http://www.bouddhismes.net/book/export/html/1662

Image
Le Véritable Silence Ne Craint Pas Le Bruit

" O Mahânâma... Entre la délivrance d'un disciple laïc et celle d'un bhikkhu, il n'y a aucune différence. " (Samyutta-nikâya)


Twitter: https://www.twitter.com/portail_dhamma
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » ven. 18 août 2017 17:43

Merci pour ce complément Ted, le document que tu nous présente apporte des précisions intéressantes,
pour éviter de représenter 'humainement' le Bouddha, les anciens auraient utilisé un nombre varié de formes:
<< Comme il ne s’agissait pas là d’une proscription de toute représentation, on suggéra néanmoins sa présence par des symboles : un trône ou un parasol, un pilier entouré de flammes, les empreintes de ses pieds... Beaucoup de ces symboles ne se réfèrent pas seulement au Buddha en général, mais font spécialement allusion à certains épisodes décisifs de sa vie : l’arbre comme symbole de Eveil, la roue comme représentation du premier sermon qui « fait tourner la Roue de la Loi », le stūpa comme représentation du pari-nirvāṇa ; ils remplissent donc également une fonction « historique », biographique et narrative.
Mais si un tel symbole devient l’objet d’une vénération – comme on rapporte que le Buddha lui-même fut honoré, de son vivant, par ses contemporains… et comme le figure d’ailleurs nombre de bas-relief anciens usant de tels symboles – la figure narrative prend alors une dimension nouvelle, celle d’un véritable « objet de culte ». Et l’on assiste alors à un glissement progressif du symbole vers la représentation « humaine ». Cela dit, « humaine » mérite ici des guillemets, car le problème de sa figuration reste entier !
>>
source bouddhismes.net
Icones_du_Bouddha.jpeg
flower_mid
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Dernière modification par ShraWaKa le jeu. 15 févr. 2018 11:36, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » dim. 14 janv. 2018 20:49

En complément pour ceux qui auraient apprécié le premier reportage, ci joint un second documentaire:

Sur les traces du Bouddha au Pakistan

Ce documentaire développe le sujet des pétroglyphes bouddhiques de la vallée de l'Indus, de l'art Gréco-Bactrien, et de la propagation du courant Mahyana par l’intermédiaire de Padmasambhava, vénéré comme un « second Bouddha » à travers le Tibet, le Népal, le Bhoutan et les états himalayens de l'Inde.





flower_mid

Edit: mise à jour de la video disponible sur youtube
Dernière modification par ShraWaKa le sam. 18 août 2018 11:04, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Floch
Papillon
Papillon
Messages : 335
Inscription : ven. 5 janv. 2018 10:37

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par Floch » lun. 15 janv. 2018 00:39

Je te remercie ShraWaka. C'était très intéressant :D
Avatar de l’utilisateur
Longchen
Elephant
Elephant
Messages : 1515
Inscription : jeu. 15 avr. 2010 11:25

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par Longchen » lun. 15 janv. 2018 09:19

ShraWaKa a écrit :
ven. 18 août 2017 11:40
(...) << c'est parce qu'il était convaincu que l'homme est à la recherche d'idoles, que Bouddha le Bienheureux a expressément interdit toute représentation de sa personne, il accordait ainsi la primauté aux seuls messages spirituels contre l'inclination naturelle des hommes à l’idolâtrie >>

Le Bouddha était représenté a l'origine par un lotus, un cheval sans cavalier ou un arbre.
flower_mid
C'est un excellent rappel, toutefois je reconnais avoir besoin de la représentation du bouddha sur mon autel.
D'une certaine façon cela permet de me relier et d'être inspiré.
Je ne recherche pas l’idolâtrie mais l'inspiration dans la vie quotidienne.

Peut être dans une culture où le bouddhisme serait très présent autour de moi, avec la possibilité d'aller régulièrement dans un temple etc. les représentations d'un lotus, d'empreintes de pieds ou d'un arbre me suffiraient, mais ce n'est pas mon cas, donc j'essaye de créer une atmosphère inspirante.
Ou bien c'est l'arrière plan culturel judéo-chrétien qui fait ça, mais alors c'est inconscient.
flower_left
L’instant présent 🙏
Avatar de l’utilisateur
Floch
Papillon
Papillon
Messages : 335
Inscription : ven. 5 janv. 2018 10:37

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par Floch » lun. 15 janv. 2018 17:44

Longchen a écrit :
lun. 15 janv. 2018 09:19
ShraWaKa a écrit :
ven. 18 août 2017 11:40
(...) << c'est parce qu'il était convaincu que l'homme est à la recherche d'idoles, que Bouddha le Bienheureux a expressément interdit toute représentation de sa personne, il accordait ainsi la primauté aux seuls messages spirituels contre l'inclination naturelle des hommes à l’idolâtrie >>

Le Bouddha était représenté a l'origine par un lotus, un cheval sans cavalier ou un arbre.
flower_mid
C'est un excellent rappel, toutefois je reconnais avoir besoin de la représentation du bouddha sur mon autel.
D'une certaine façon cela permet de me relier et d'être inspiré.
Je ne recherche pas l’idolâtrie mais l'inspiration dans la vie quotidienne.

Peut être dans une culture où le bouddhisme serait très présent autour de moi, avec la possibilité d'aller régulièrement dans un temple etc. les représentations d'un lotus, d'empreintes de pieds ou d'un arbre me suffiraient, mais ce n'est pas mon cas, donc j'essaye de créer une atmosphère inspirante.
Ou bien c'est l'arrière plan culturel judéo-chrétien qui fait ça, mais alors c'est inconscient.
flower_left
En même temps, ils disent aussi dans la vidéo que cette interdiction de représenter Bouddha n'a été respectée en Inde, que jusqu'au deuxième siècle avant notre ère...

Et qu'on a mis à jour à Ajanta, au Nord-Est de Bombay, dans l'un des plus anciens sites bouddhistes, les premières représentations de Bouddha, trois siècles après les fresques du Kalachakra devant lesquelles les croyants priaient lorsqu'ils la respectaient...

(Même là où la culture bouddhiste était très présente...)
Avatar de l’utilisateur
Longchen
Elephant
Elephant
Messages : 1515
Inscription : jeu. 15 avr. 2010 11:25

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par Longchen » lun. 15 janv. 2018 20:04

Floch a écrit :
lun. 15 janv. 2018 17:44
En même temps, ils disent aussi dans la vidéo que cette interdiction de représenter Bouddha n'a été respectée en Inde, que jusqu'au deuxième siècle avant notre ère...

Et qu'on a mis à jour à Ajanta, au Nord-Est de Bombay, dans l'un des plus anciens sites bouddhistes, les premières représentations de Bouddha, trois siècles après les fresques du Kalachakra devant lesquelles les croyants priaient lorsqu'ils la respectaient...

(Même là où la culture bouddhiste était très présente...)
Ah oui, tant mieux, c’est une bonne nouvelle !
flower_mid
L’instant présent 🙏
Avatar de l’utilisateur
AncestraL
Papillon
Papillon
Messages : 273
Inscription : ven. 25 mars 2016 12:16
Contact :

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par AncestraL » mar. 16 janv. 2018 07:47

ShraWaKa a écrit :
dim. 14 janv. 2018 20:49
En complément pour ceux qui auraient apprécié le premier reportage, ci joint un lien vers un second documentaire Sur les traces du Bouddha au Pakistan qui développe le sujet des pétroglyphes bouddhiques de la vallée de l'Indus
flower_mid
Merci pour cette vidéo et la précédente ! Sur les traces du bouddha au pakistant se trouve-t-il sur youtube également ?
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » ven. 19 janv. 2018 01:10

Floch a écrit :
lun. 15 janv. 2018 00:39
Je te remercie ShraWaka. C'était très intéressant :D
Avec plaisir Floch jap_8

Longchen a écrit :
lun. 15 janv. 2018 09:19
ShraWaKa a écrit :
ven. 18 août 2017 11:40
(...) << c'est parce qu'il était convaincu que l'homme est à la recherche d'idoles, que Bouddha le Bienheureux a expressément interdit toute représentation de sa personne, il accordait ainsi la primauté aux seuls messages spirituels contre l'inclination naturelle des hommes à l’idolâtrie >>
C'est un excellent rappel, toutefois je reconnais avoir besoin de la représentation du bouddha sur mon autel.
D'une certaine façon cela permet de me relier et d'être inspiré.
Je ne recherche pas l’idolâtrie mais l'inspiration dans la vie quotidienne.
Longchen loin de moi l'idée de remettre en cause une quelconque pratique.

Par ailleurs la définition d’idolâtrie est importante: Passion ou admiration excessive, attachement aveugle, quasi religieux...sur ce point nous pouvons tous travailler.
Bouddha nous dit aussi que son enseignement est comme un radeau servant seulement à traverser, une fois sur l'autre rive il faudra aussi l'abandonner...

AncestraL a écrit :
mar. 16 janv. 2018 07:47
Merci pour cette vidéo et la précédente ! Sur les traces du bouddha au pakistant se trouve-t-il sur youtube également ?
Désolé AncestraL la video n'est pas disponible sur youtube, résides tu dans un pays ayant des restrictions d’accès à daylimotion ?
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » dim. 1 juil. 2018 22:24

Image
Au VIe siècle avant notre ère : le Bouddha, en compagnie de son disciple Ananda, mendie dans la ville de Rajagriha. Au même moment, deux petits garçons, Jaya et Vijaya, jouent avec de la terre. Reconnaissant le Bouddha, et désirant lui faire une offrande, Jaya, avec le plus grand respect, fait don au Bouddha d'une poignée de terre, tandis que Vijaya joint les mains en signe de vénération. Le Bouddha sourit et, devant l'étonnement d'Ananda, explique : "J'ai une raison de sourire, Ananda, et tu vas l'apprendre. Cent ans après ma mort, ce garçon deviendra un "chakravartin" (Roi universel juste et vertueux) à Pataliputra et il régnera sur toutes les régions. Il s'appellera Ashoka et il gouvernera sur la base du vrai Dharma. En outre, il distribuera mes reliques à l'étranger, érigera quatre-vingt-quatre mille stupas en l'honneur du Roi du Dharma, et apportera le bien-être à d'innombrables êtres vivants." Quant à Vijaya, le Bouddha prédit qu'il serait le ministre d'Ashoka et se nommerait Radhagupta.
Un extrait des Edits d'Ashoka :
« On ne devrait pas honorer seulement sa propre religion et condamner les religions des autres, mais on devrait honorer les religions des autres pour cette raison-ci ou pour cette raison-là. En agissant ainsi, on aide à grandir sa propre religion et on rend aussi service à celle des autres. En agissant autrement, on creuse la tombe de sa propre religion et on fait aussi du mal aux religions des autres. Quiconque honore sa propre religion et condamne les religions des autres le fait bien entendu par dévotion à sa propre religion, en pensant : « Je glorifierai ma propre religion. » Mais au contraire, en agissant ainsi, il nuit gravement à sa propre religion. Ainsi la concorde est bonne : que tous écoutent et veuillent bien écouter les doctrines des autres religions. »
Source nichiren-etudes.net
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » mar. 14 août 2018 16:57

Textes bouddhistes Gandhariens

ImageLes textes bouddhistes Gandhariens comprennent les plus anciens manuscrits bouddhistes connus, datant du Ier siècle ap. J.-C., qui sont aussi les plus anciens documents datés du monde Indien après les inscriptions d’Ashoka.
On en connaît presque une centaine, apparus pour la plupart dans les années 1990. Ils sont pour la plupart rédigés en Gandhari transcrit en alphabet Kharoshthi.

Leur état de conservation est médiocre, mais les techniques de préservation et la comparaison textuelle avec d’autres versions en Pali ou en sanskrit bouddhique permettent des tentatives de reconstitution.

British Library

En 1994, la British Library acquit des manuscrits datant de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., écrits sur de l’écorce de bouleau. Ils étaient contenus dans des jarres de terre enterrées dans le site d’anciens monastères à Bamiyan, Jalalabad et Hadda en Afghanistan oriental, qui constituait une partie du Gandhara. La collection comprend divers textes de la main d’une vingtaine de scribes différents, appartenant aux corpus Dhammapada, Avadanas, Purvayogas et Abhidharma. Il s’agit donc d’un ensemble disparate qui semble avoir été enterré à l’état de fragments.

Du fait d’une inscription sur une jarre et d’éléments textuels, ces textes appartenaient probablement à l’école dharmaguptaka.

Collection Senior

Il s’agit de manuscrits acquis par le collectionneur britannique R. Senior. Également rédigés sur de l’écorce de bouleau en écriture kharoshthi et conservés dans des jarres, ils proviendraient de la même région que ceux de la British Library. Par contre, ils comprennent essentiellement des sutras du canon pali, certains complets, de la main du même scribe pour la plupart, il s’agit donc d’un ensemble plus cohérent que la collection de la British Library. Ils auraient été rédigés entre la fin du Ier et le début du IIe siècle ap. J.-C, ce qui correspond à l’ère de Kanishka, comme semblent le confirmer les noms de moines inscrits sur les jarres, qui sont macédoniens. Selon Salomon, il existe de nombreux parallèles avec le Samyutta Nikāya.

Collection Schoyen

Il s’agit de manuscrits rédigés sur écorce de bouleau, feuilles de palmes et vélin, que l’on suppose provenir des grottes de Bamiyan, acquis par le norvégien Martin Schoyen. Une moindre quantité du même lot a été acquise par des collectionneurs japonais. Ils datent du IIe au VIIIe siècle ap. J.-C. et comprennent, outre des textes en gandhari, des textes en sanskrit transcrits en écriture brahmi.

La collection comprend des sutras du canon pali, des portions des corpus Abhidharma et Vinaya, ainsi que des textes mahāyāna, dont un provenant des dharmaguptaka qui mentionne les six vertus.

Université de Washington

Un commentaire de l’Abhidharma sur la souffrance humaine écrit sur écorce de bouleau et datant du Ier ou du IIe siècle ap. J.-C. a été acheté par la bibliothèque de l’université à un collectionneur en 2002.

Dhammapada du Khotan

En 1892, un exemplaire du Dhammapada en gandhari avait été découvert près de Khotan au Xinjiang. Il fut partagé en plusieurs fragments ; certains intégrèrent des collections russes et françaises, mais d'autres disparurent. L’essentiel des fragments français a été publié dans le Journal Asiatique en 1898. En 1962, John Broughes a publié les fragments français et russes, assortis de commentaires.

Source Wikipedia

************************************

Anciens manuscrits Bouddhistes du Gandhara

ImageComme les manuscrits de la mer Morte ont changé notre compréhension du judaïsme et du christianisme primitif, un ensemble de vingt-neuf manuscrits récemment acquis par la British Library promet de fournir une fenêtre sur une phase cruciale de l'histoire du bouddhisme en Inde. Les parchemins fragmentés en écorce de bouleau, qui ont été trouvés à l’intérieur d’un ensemble de pots en argile inscrits, sont écrits en langue Gandhari Prakrit et en écriture Kharosthi. Datant du début de l'ère chrétienne, les manuscrits sont probablement les plus anciens manuscrits bouddhistes jamais découverts. Les manuscrits et les pots proviennent d'une région connue autrefois sous le nom de Gandhara, correspondant au nord du Pakistan et à l'est de l'Afghanistan. Au sommet de son influence, Gandhara fut la capitale d'une série de dynasties riches et puissantes et devint l'un des centres de bouddhisme les plus importants au monde et la porte par laquelle le bouddhisme se transmettait de l'Inde à la Chine et à d'autres régions d'Asie. Gandhara était également un point de contact principal entre l'Inde et le monde occidental. Malgré de nombreuses preuves archéologiques de la culture florissante de Gandhara, il n’y a eu jusqu’à présent pratiquement aucune preuve documentaire de son canon littéraire et religieux.

Ce volume présente un projet révolutionnaire visant à déchiffrer et interpréter les textes de Gandhäran. Il fournit une description détaillée des manuscrits et une étude de leur contenu, ainsi qu'une évaluation préliminaire de leur signification. Sont également inclus des échantillons représentatifs de textes et de traductions.

Cette découverte jette un nouvel éclairage sur le caractère régional des premières traditions bouddhistes indiennes, le processus de formation de canons écrits standardisés et la transmission du bouddhisme en Asie centrale et orientale. Les anciens parchemins bouddhistes du Gandhara intéresseront un large public ayant des intérêts dans le bouddhisme, la religion comparée et les langues asiatiques.
Source University of Washington Press

********************
Fragments Kharoṣṭhī de la British Library

ImageLes textes comprennent une variété de textes bouddhistes de divers genres, y compris des compilations telles que: la version Gāndhārī du «Rhinoceros Sūtra», auparavant connu sous le nom de Khaggavisāna-sutta du Sutta-nipāta en Pali, et des «Chansons du lac Anavatapta» (Anavatapta-gāthā), connues dans les versions ultérieures de Sanskrit, chinois et tibétain.

Sūtras et commentaires canoniques, y compris un grand fragment du Saṅgīti-sūtra avec un commentaire jusqu'alors inconnu.

Abhidharma et d'autres textes techniques et scolastiques pour la plupart encore non identifiés.

Un grand nombre d'Avadānas ou de légendes édifiantes, dont beaucoup ne semblent pas avoir de parallèles directs avec d'autres traditions bouddhistes indiennes et peuvent donc représenter des compositions locales ou sectaires.

Bien que certains textes, y compris les exemples susmentionnés, puissent être directement identifiés ou du moins liés à des textes existants dans d'autres langues telles que le Pali, le Sanskrit ou le Chinois, la majorité d'entre eux, y compris les Avadānas et les commentaires, semblent ne pas avoir de parallèles dans les littératures bouddhistes déjà connues.

Parmi les motifs de datation de la collection figurent des références dans deux textes distincts de la classe avadāna au Grand Satrap Jihonika et au Commandant Aśpavarma, tous deux connus par des inscriptions et des pièces de monnaie ayant régné au Gandhāra au début du premier siècle. . De plus, les manuscrits étaient associés à un groupe de jarres d'argile portant des inscriptions de Kharoṣṭhī, dont l'une mentionne les noms de deux autres personnages historiques, le fonctionnaire royal Suhasoma et son épouse Vasavadatta, d'après d'autres inscriptions concordantes.

L'inscription sur le pot dans lequel les manuscrits ont été trouvés témoigne de son dévouement aux professeurs de l'école Dharmaguptaka, suggérant que les manuscrits appartenaient à la bibliothèque d'un monastère de cette école. Cette affiliation sectaire a été confirmée par la découverte de parallèles extrêmement étroits entre certains de leurs textes et les textes de Dharmaguptaka existant en chinois. Par exemple, le texte Saṅgīti-sutra auquel il est fait référence ci-dessus a un lien beaucoup plus étroit avec la version chinoise Dharmaguptaka de ce texte qu'avec les autres versions existantes en pali et en sanskrit.

Il est donc raisonnablement certain que les manuscrits de la British Library Kharoṣṭhī représentent un échantillon du corpus textuel d'un monastère de Dharmaguptaka de la période indo-scythique tardive. Il semble maintenant que l'école de Dharmaguptaka ait eu un rôle beaucoup plus influent dans cette première phase du bouddhisme de Gandhāran que ce qui a été le cas jusqu'à présent, et cela correspond à sa place prédominante dans le bouddhisme central asiatique et chinois. Car Gandhāra, avec son emplacement stratégique au carrefour des routes entre l’Inde, l’Ouest et l’Asie centrale et orientale, a joué un rôle crucial dans la diffusion du bouddhisme au-delà de sa patrie indienne, et les nouvelles preuves appuient fortement la théorie Les adeptes de l'école Dharmaguptaka ont joué un rôle de premier plan dans ce processus.
De plus, la découverte d'un corpus substantiel de manuscrits bouddhistes en langue Gāndhārī confirme l'hypothèse «Gāndhārī» proposée auparavant par Ernst Waldschmidt, John Brough et d'autres chercheurs. Selon cette théorie, au moins certaines des premières traductions chinoises de textes bouddhistes ont été préparées à partir d'originaux, et non pas en sanskrit, comme on le supposait auparavant, mais plutôt en gāndhārī. L'existence d'un tel corpus de littérature Gāndhārī étant désormais une question de fait plutôt que d'hypothèse, il y a de bonnes raisons de croire que les manuscrits nouvellement découverts sont étroitement liés aux archétypes des premiers textes bouddhistes en chinois. Ainsi, ces nouvelles découvertes constituent un chaînon manquant entre le bouddhisme dans sa patrie indienne et ses manifestations ultérieures en Chine et dans d’autres parties de l’Asie.

Source Early Buddhist Manuscript Project

***************************
Écorce de bouleau du Gandhāra

Notre rouleau a été découvert dans les années 1990 dans le cadre d'une collection de 28 manuscrits bouddhistes qui ont été enterrés dans un pot en argile au premier siècle de notre ère - probablement par respect pour le caractère sacré de leur contenu. 1). Malheureusement, le lieu de découverte précis de la collection et son sort avant son arrivée à la British Library en 1994 restent inconnus. Les conservateurs de la bibliothèque ont soigneusement déroulé les fragiles rouleaux et les ont montés entre des plaques de verre protectrices. Leur déchiffrement et leur étude sont principalement basés sur des photographies en éclairage naturel et dans le spectre infrarouge, mais la recherche de passages particulièrement épineux nécessite toujours la consultation du manuscrit original.
(...)
Le déchiffrement du manuscrit a révélé un commentaire jusqu'alors inconnu sur les premiers vers bouddhistes, dont beaucoup se présentent sous différentes formes linguistiques dans les textes bouddhiques Theravāda d'Asie du Sud-Est (Dhammapada, Udāna, Suttanipāta) et en chinois (Faju jing, Chuyao jing, Yizu jing). Les techniques exégétiques du commentaire ont également des liens historiques dans les anciennes traditions de l'Asie du Sud-Est et de la Chine et notre texte s'est ainsi révélé être un chaînon manquant dans l'histoire de la transmission textuelle bouddhiste et de l'herméneutique. Un examen plus approfondi de la collection de la British Library a permis de mettre au jour deux rouleaux supplémentaires contenant d’autres parties du même texte, qui étaient de toute évidence planifiées en plusieurs volumes ou en un seul. Au bord inférieur du dernier rouleau (fig. 4), une esquisse réaliste d'une fleur de lotus sert de vignette marquant la fin du texte. Une coupe traversant la fleur a été soigneusement réparée avec de petites bandes d'écorce de bouleau collées.

ImageLe scribe du rouleau peut aussi avoir été l'auteur du commentaire. Il n'y a aucune indication d'un exemplaire écrit du texte, mais plusieurs passages conservent des traces d'un arrière-plan oral sous la forme de mots mal compris. Un bas relief contemporain du Gandhâra illustre de manière frappante comment les manuscrits tels que les nôtres ont été utilisés: trois moines, absorbés dans le débat, détiennent chacun des parchemins à la main et semblent faire référence à leur contenu (fig. ci contre).
En accord avec un tel contexte d'utilisation, notre manuscrit reflète une variété d'interprétations différentes du même verset racine et donne des variantes de transmission côte à côte. En se référant à des unités textuelles particulières (la division Ekotaria du canon et du recueil de versets Parayaṇa), il montre simultanément que la structure de base du canon bouddhiste au premier siècle apres JC était déjà en accord avec les divisions des canons bouddhistes modernes (dans le bouddhisme Theravāda, le Division Aṅguttara et la collection Pārāyana).
Parallèlement, le manuscrit soulève de nombreuses questions pour des recherches ultérieures. Un problème non résolu est un fragment de la collection de la British Library contenant des informations sur le contenu et la propriété ("... dix-neuf. Dans le livre vingt-cinq versets. Du moine Saṃghaśrava."). La main scribale indique que ces lignes se réfèrent à notre manuscrit, mais physiquement et textuellement, il s'est avéré impossible de les relier à l'un des trois rouleaux préservés du manuscrit. Cela signifie-t-il qu'à l'origine, le commentaire contenait encore plus de volumes? Un autre casse-tête est la sélection et l'ordre des versets commentés qui ne suivent ni leur disposition dans les textes sources connus ni aucun plan directeur exégétique discernable.
La structure du commentaire dérive-t-elle d'un aspect de son contexte d'utilisation - par exemple un calendrier liturgique - qui nous reste inconnu? Et que pouvons-nous déduire de ces premières sources écrites du bouddhisme à propos de l'enseignement original du Bouddha qui a vécu quatre cents ans plus tôt dans l'Inde orientale lointaine? Les recherches sur la littérature de l'ancien Gandhāra en sont encore à ses débuts, mais les découvertes spectaculaires des dernières décennies ont permis d'étudier près d'une centaine de longs manuscrits contenant des textes de tous les genres de la littérature bouddhiste. Leur déchiffrement et leur édition prendront encore plusieurs décennies et nous pouvons être sûrs qu'ils résoudront de nombreux problèmes existants et ouvriront de nouvelles voies de recherche.
Source  Centre for the Study of Manuscript Cultures

flower_mid
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » lun. 10 sept. 2018 11:20

Découverte d’une statue de "Bouddha couché" vieille de 1.700 ans

ImageTémoignage d’un héritage culturel ancien et divers, loin de l'image du pays habituellement véhiculée par les médias internationaux, le Pakistan a révélé le 30 novembre 2017 la découverte de ce qu'il décrit comme la statue d'un Bouddha « endormi » vieille de 1.700 ans.

L'annonce a été faite dans le cadre d'un programme visant à promouvoir le tourisme et l'harmonie religieuse, en présence de représentants du gouvernement et de diplomates étrangers, et du chef de l'opposition, Imran Khan, dans le complexe bouddhiste de Bhamala,
un site archéologique de la vallée de Taxila - située au nord-ouest du Pakistan et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco - déjà connu pour ses vestiges d’un grand stūpa cruciforme datant du IVe s. de notre ère.

Les médias n’ont présenté aucune image de la statue, décrite comme le plus ancien exemple connu de ce genre dans le monde. « Elle date du IIIe siècle de notre ère, ce qui en fait le plus ancien Bouddha ‘endormi’ au monde », a déclaré Abdul Samad, directeur du département d'archéologie et des musées de Bhamala. « Nous avons découvert plus de 500 objets bouddhistes et les vestiges de ce Bouddha ‘endormi’, de 14 mètres de long ».
La représentation du Buddha en parinirvāṇa est un motif assez fréquent de la sculpture du Gandhara, qui a fleuri dans cette région au cours des cinq premiers siècles de notre ère.


Image
(un autre Bouddha couché issu du site Bhamala)

« C'est un site du patrimoine mondial à cause de cela les gens peuvent y venir pour le tourisme religieux et visiter ces lieux », a déclaré Imran Khan, notant que la préservation de sites tels que Bhamala pourrait encourager le tourisme religieux au Pakistan et donner une image plus tolérante du pays. « La majorité de la population veut voir de tels sites [bouddhistes] restaurés », a-t-il ajouté.
En tant que chef du parti d'opposition du pays, Khan a longtemps mis l'accent sur le dialogue avec les factions intransigeantes, y compris les talibans. « Il s'agit de préserver ces sites patrimoniaux qui sont un atout pour notre pays », a-t-il observé.

Selon l'Autorité nationale des bases de données et d'enregistrement du Pakistan, un organisme gouvernemental indépendant, il n'y avait que 1.492 bouddhistes enregistrés dans le pays en 2012.

Source : Buddhistdoor
Avatar de l’utilisateur
ShraWaKa
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 11 août 2017 23:09

Re: Les origines du Bouddhisme

Message non lu par ShraWaKa » lun. 24 sept. 2018 13:49


Sculptures du Gandhara toutes les pièces photographiées dans ce diaporama sont d'origine et d'époque
(1 - V e siècle).
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités