Une bienveillance illimitée

Avatar de l’utilisateur
Admin
Team RB
Team RB
Messages : 104
Inscription : mer. 17 févr. 2010 00:38

Une bienveillance illimitée

Message non lu par Admin » dim. 9 sept. 2018 09:15

Une bienveillance illimitée

Extrait du livret “Enseignements du matin : 1”. Traduit de l’anglais par Claude Le Ninan,
en collaboration avec Ṭhānissaro Bhikkhu et Vijjākaro Bhikkhu


Image

La pratique de l’entraînement de l’esprit commence avec la bienveillance. Le désir d’un bonheur sur lequel vous pouvez compter. Un bonheur qui ne provoque aucun mal à qui que ce soit. En d’autres termes, vous éprouvez de la bienveillance envers vous-même et envers toutes les autres personnes autour de vous. C’est une attitude qui doit être développée. Parce qu’il est très facile d’éprouver de la bienveillance envers les personnes que nous aimons, et très facile d’éprouver de la malveillance envers les personnes qui nous ont fait du mal ou qui ont fait du mal à des personnes que nous aimons. Mais vous devez vous rendre compte que cette sorte de division, cette sorte de partialité vous conduit vers toutes sortes de dangers. Et vous pouvez commencer à agir à partir de cette malveillance et vous finissez par provoquer beaucoup de problèmes pour tout le monde : vous-même et les autres. C’est le fait de se rendre compte de cela qui fait que vous voulez développer de la bienveillance dans toutes les directions. C’est pour cela que nous avons la récitation sur la bienveillance. Ce n’est pas juste une récitation que vous faites quelques minutes chaque jour, c’est une attitude que vous essayez de développer.


Donc, vous pouvez débuter en vous asseyant et en pensant aux personnes pour lesquelles il vous est le plus facile d’éprouver de la bienveillance, et ensuite commencer à penser aux personnes pour qui ce n’est pas aussi facile. Voyez si vous pouvez développer une attitude de bienveillance envers elles. Qu’est-ce que c’est, la bienveillance ? C’est le désir que les gens comprennent les causes du bonheur, et qu’ils agissent à partir d’elles. Quand vous y réfléchissez, ce n’est pas difficile de développer cette attitude envers les autres – même envers les personnes que vous n’aimez pas, même envers les personnes qui se sont comportées de manière malhabile – car votre espoir, c’est qu’ils vont changer d’attitude. Et s’il y a quelque chose que vous pouvez faire en ce sens, vous êtes content de le faire. La bienveillance, c’est ça.


Après avoir pensé aux personnes que vous aimez, pensez aux personnes que vous n’aimez pas et dites-vous : « Bien, est-ce que je peux aussi développer une attitude de bienveillance envers elles ? » En d’autres termes, faites en sorte de pouvoir être sûr que quand vous serez près d’elles, vous agirez d’une manière qui est vraiment favorable au bonheur, qui ne fait de mal à personne.


C’est pour cela que nous développons la bienveillance. Faites de cela une partie de votre entraînement mental, une partie de votre méditation, chaque jour. Vous devez vous rendre compte que si vous voulez vraiment apprendre à avoir confiance en vous, vous devez développer une bienveillance sans limites. On appelle cela en pali les brahmavihāra , ce qui signifie les Attitudes sublimes. C’est l’attitude de personnes qui n’ont pas de rancune, l’attitude de personnes qui voient la vie selon une perspective beaucoup plus vaste. C’est une bonne attitude à avoir. Cela rend votre esprit plus vaste chaque jour.


Dans le livre De l’autre côté du miroir , il y a un passage où un des personnages dit qu’il aime à penser à deux ou trois choses impossibles chaque jour avant le petit déjeuner pour que cela ouvre son esprit. De la même manière, pensez à l’infini deux ou trois fois par jour. Cela ouvre votre esprit, cela aère les choses. Si vous découvrez que vous éprouvez de la rancune, il est alors beaucoup plus facile de l’abandonner. Et bien que vous ne soyez pas obligé d’aimer tout le monde – il y a beaucoup de personnes dans le monde qui ont des habitudes qu’il est vraiment difficile d’aimer – au moins vous pouvez avoir de la bienveillance pour elles. « Puissent-elles toutes être heureuses. Puissent-elles comprendre les causes du bonheur véritable et agir à partir d’elles. Et s’il y a quelque chose que je peux faire pour elles, je serai heureux d’apporter mon aide. »


Il s’agit là d’une bonne attitude à pratiquer, à intégrer chaque jour à votre entraînement.


dhammatalks.org
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités