NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Avatar de l’utilisateur
Admin
Team RB
Team RB
Messages : 104
Inscription : mer. 17 févr. 2010 00:38

NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par Admin » jeu. 11 oct. 2018 22:31

Une Connaissance Intuitive
Ajahn Sumedho




Image
NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS


Autrefois, j’avais horreur de sentir mon esprit embrouillé. J’adorais, au contraire, être sûr de tout et avoir les idées claires. Chaque fois que quelque chose créait de la confusion en moi, j’essayais de trouver une espèce de réponse bien nette pour me libérer de cet état de confusion émotionnelle. Soit je cherchais à me distraire, soit j’essayais de trouver quelqu’un qui me donnerait la réponse. Je voulais une autorité, je voulais qu’un Ajahn, quelqu’un d’important, vienne me dire : « Voilà ce qui est juste ; voilà ce qui est faux. Ceci est bien, cela est mal ». Je voulais que tout soit clair pour moi et j’avais besoin de quelqu’un, d’une autorité en qui j’avais confiance et que je respectais, pour me remettre d’aplomb.


On croit parfois qu’un bon maître, une retraite de méditation, les préceptes, les Refuges ou un merveilleux Sangha va nous apporter tout le bonheur du monde et résoudre tous nos problèmes. Nous cherchons de l’aide à l’extérieur en espérant que ceci ou cela nous conviendra. C’est comme vouloir que Dieu vienne nous sortir de nos embarras et ensuite, s’il ne vient pas régler nos soucis, nous ne croyons plus en lui. « Je lui ai demandé de m’aider et il n’a rien fait. » C’est une façon puérile de voir la vie. Nous créons des problèmes et nous comptons sur papa et maman pour venir nous sortir de là, pour ramasser les morceaux.


Il y a quelques années, je me souviens avoir été très perturbé quand j’ai appris que l’une de nos nonnes d’origine américaine avait quitté la Communauté pour rejoindre le Renouveau chrétien. Juste avant, en parlant d’elle à une autre nonne, j’avais dit : « Elle est vraiment merveilleuse, si sage, son cœur est si pur. Elle sera une belle source d’inspiration pour vous. » J’étais vraiment embarrassé et dans la confusion la plus totale quand j’ai appris la nouvelle. Je me suis dit : « Mais comment a-t- elle pu être tentée par cette voie-là ? » Je me souviens avoir demandé à mon maître, Ajahn Chah : « Comment a-t-elle pu faire cela ? » Il m’a regardé avec un sourire espiègle et il a répondu : « Peut-être qu’elle a raison ». Il m’a obligé à prendre conscience de ce qui se passait en moi. J’étais sur la défensive, paranoïaque, je voulais une explication claire, je voulais comprendre, je voulais qu’il me dise qu’elle avait trahi le bouddhisme. Alors, j’ai commencé à observer ma confusion. Quand j’ai pu l’accueillir et l’accepter, elle a disparu. En prenant conscience de la confusion émotionnelle, elle a cessé d’être un problème ; c’est comme si elle s’était évaporée. Et j’ai pu voir à quel point j’avais tendance à résister à la confusion mentale.


En méditation, il est facile de voir ces états d’esprit douloureux: ne pas savoir quoi faire, être dans la confusion par rapport à la pratique, à nous-mêmes ou à la vie. Notre pratique consiste à ne pas essayer de nous débarrasser de ces états d’esprit mais simplement à prendre conscience de ce que nous ressentons: l’incertitude, l’insécurité, le chagrin, l’angoisse ; la dépression, l’inquiétude, l’anxiété, la peur, la haine de soi, la culpabilité ou le remords. On essaiera peut-être de se persuader que, si on était quelqu’un de normal et de sain, on n’aurait pas toutes ces émotions. Mais l’idée d’une personne « normale » est un mythe. Connaissez- vous des personnes vraiment normales ? Moi non.


Le Bouddha, quant à lui, préférait parler de personnes qui écoutent, qui sont attentives, éveillées et conscientes dans l’instant présent. Des personnes dont l’esprit est ouvert et réceptif, qui font confiance à l’instant présent et à elles-mêmes. Voilà comment il nous encourage. Notre attitude envers la méditation n’a pas besoin d’être un effort pour nous débarrasser de choses – de nos obstacles mentaux, nos kilesa et nos défauts – pour devenir meilleurs. Elle devrait plutôt être une ouverture, une écoute de la vie, une attention à l’ici et maintenant, et une confiance dans notre capacité à accueillir la vie comme une expérience. Nous n’avons rien à en faire. Nous ne sommes pas obligés de redresser tout ce qui ne va pas, de résoudre tous les problèmes, de tout justifier ou de tout améliorer. Après tout, il y aura toujours quelque chose qui n’ira pas quand on vit dans le monde conditionné ; il y aura des problèmes avec nous, avec les gens qui nous entourent, avec le monastère, avec le centre de retraite, avec le pays. Les circonstances ne cessent de changer ; nous ne trouverons jamais une perfection durable. Il y aura peut-être des moments parfaits où tout sera merveilleux et juste comme nous le souhaitons, mais les circonstances de ce moment-là ne pourront pas être maintenues. Nous ne pouvons pas rester en apnée après l’inspiration ; il faut finir par expirer.


Il en va de même pour toutes les bonnes choses de la vie : les bons moments, les relations amoureuses, le succès, la chance. Certes, ces choses-là sont agréables et il ne s’agit pas de les mépriser mais nous ne pouvons pas investir notre confiance dans des choses qui sont constamment en train de changer. Une fois qu’elles atteignent leur sommet, elles ne peuvent qu’aller dans la direction opposée. On nous demande donc de ne pas prendre refuge dans la fortune, dans les gens, dans un pays ou dans un système politique, dans les relations, les belles maisons ou les bons centres de méditation. On nous demande plutôt de prendre refuge dans notre capacité à nous éveiller, à faire attention à la vie quelles que soient les conditions qui se présentent dans l’instant. Le simple fait d’être prêt à voir les choses telles qu’elles sont – comme des circonstances changeantes – nous libère du puissant piège de l’attachement et de la lutte contre les émotions ou les pensées qui apparaissent.


Voyez combien il est difficile d’essayer de résister tout le temps à ce qui est, d’essayer de vous libérer de mauvaises pensées, d’un état émotionnel ou d’une douleur. Qu’est-ce qui en résulte ? Quand j’essaie de me débarrasser de ce que je n’aime pas dans mon esprit, j’en deviens obsédé. Pas vous ? Pensez à quelqu’un que vous ne pouvez pas souffrir, quelqu’un qui vous a profondément blessé. Aussitôt, les circonstances qui nous ont mis en colère et ont créé du ressentiment contre cette personne obsèdent notre esprit. Nous en faisons tout un problème et nous le repoussons encore et encore. Plus nous le repoussons, plus nous en sommes obsédés.


Essayez cela en méditation. Prenez conscience de ce que vous n’aimez pas, de ce que vous ne voulez pas, de ce que vous détestez ou qui vous fait peur. Quand vous résistez à ces choses, vous leur donnez encore plus de force, vous leur donnez une immense influence et du pouvoir sur votre expérience consciente de la vie.


Par contre, si vous accueillez et vous vous ouvrez au mouvement naturel de la vie, dans ses bons comme dans ses mauvais aspects, que se passe-t-il ? Je sais de par ma propre expérience que, lorsque j’accepte et j’accueille l’expérience conditionnée, les choses n’ont pas de prise sur moi. Elles arrivent et repartent. On ouvre la porte et on laisse entrer toute la peur, l’angoisse, l’inquiétude, le ressentiment, la colère et le chagrin. Mais cela ne veut pas dire que l’on approuve ou que l’on aime ce qui se passe. On ne porte pas de jugement de valeur. On accueille simplement tout ce qui se présente sans essayer de l’éviter, d’y résister et sans non plus s’y attacher ou s’y identifier. Quand on accepte pleinement une chose telle qu’elle existe dans l’instant présent, on assiste à la cessation progressive de tout ce qui est conditionné.


La libération de la souffrance dont le Bouddha a parlé n’est pas, en soi, une fin de la douleur et du stress. C’est plutôt une ouverture à un choix : je peux soit être piégé par la douleur qui m’arrive, m’y attacher et en être submergé, soit l’accueillir et, en l’acceptant et en la comprenant, éviter d’ajouter de la souffrance à la douleur existante, aux expériences d’injustice, aux critiques ou aux souffrances que j’affronte. Même après son éveil, le Bouddha a subi toutes sortes de choses horribles : son cousin a essayé de l’assassiner, des gens ont essayé de le piéger, il a été blâmé et critiqué, et il a souffert de maladies graves. Mais le Bouddha n’a pas ajouté de souffrance à ces situations. Il n’a jamais réagi avec colère, ressentiment, haine ou blâme ; il a simplement accueilli les situations.


Savoir cela m’a vraiment beaucoup aidé. J’ai ainsi appris à ne pas demander de faveurs à la vie et à ne pas espérer que, si je médite beaucoup, je peux éviter les situations désagréables. «Mon Dieu, je suis moine depuis trente-trois ans. Je vous en prie, récompensez-moi pour avoir été bien sage. » J’ai essayé mais cela ne fonctionne pas. Accepter la vie sans rien demander à personne est très libérateur parce que je ne sens plus le besoin de contrôler ou de manipuler les circonstances pour que tout aille bien pour moi. Je n’ai plus besoin de m’inquiéter ou d’avoir peur de l’avenir. Il y a une paix, une absence de peur, qui arrive quand on apprend à faire confiance, à se détendre, à s’ouvrir à la vie et à analyser son vécu au lieu d’y résister ou d’en avoir peur. Si vous êtes prêt à apprendre des souffrances que la vie vous apporte, vous trouverez la stabilité imperturbable de votre propre esprit.


Adapté d’une conférence donnée en avril 1999 au Centre de méditation Spirit Rock, Woodacre, Californie.

Source
dhammadelaforet.org
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Team RB
Team RB
Messages : 4115
Inscription : lun. 7 juin 2004 18:30

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par tirru... » ven. 12 oct. 2018 18:45

jap_8

Agir sans but, vivre un pur moment de gratuité. Toute la nature donne en silence, pourquoi pas nous ?!

white lotus
------------------------------------------------------------------------------ Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Avatar de l’utilisateur
axiste
Team RB
Team RB
Messages : 7692
Inscription : ven. 9 mai 2008 04:39

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par axiste » sam. 13 oct. 2018 14:35

ah Oui la gratuité...

C’est être sans attente, vivre l’instant comme il s’offre.
Nous sommes cette nature alors c’est normal de faire ça.

Cependant nous réfléchissons, calculons, évaluons, soupesons, comparons, manipulons les objets et les idées...enfin...le monde entier est occupé à faire ça n’est-ce pas ?

On peut toujours mettre le monde de côté et revenir aux moindres petits mouvements qui composent notre vie.

Dans la gratuité, il y a une totalité car elle est hors du temps finalement (on est dans l’instant et on ne projette pas d’à venir.)

La gratuité est étouffée dans un monde où l’on se projette sans cesse en avant.

Mais accepter son côté intemporel, c’est bien aussi...Peut être une prochaine étape pour l’humain ? Qui sait? oiseau2julie
C’est ce qu’on peut lui souhaiter... nous le souhaiter vraiment !... white lotus
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Team RB
Team RB
Messages : 4115
Inscription : lun. 7 juin 2004 18:30

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par tirru... » dim. 14 oct. 2018 12:02

Bonjour Axiste,

Est-ce en rapport avec la soif de devenir et du monde sensuel, de ce vide qu'il faut perpétuellement combler ? de l'ennui ? de ce bouillonnement intérieur ?
------------------------------------------------------------------------------ Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Avatar de l’utilisateur
axiste
Team RB
Team RB
Messages : 7692
Inscription : ven. 9 mai 2008 04:39

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par axiste » dim. 14 oct. 2018 15:23

J’essayais juste de répondre à ta question...
Tirru a écrit:
Agir sans but, vivre un pur moment de gratuité. Toute la nature donne en silence, pourquoi pas nous ?!
La vague ne sait pas qu’elle mange la dune et d’ailleurs il n’y a pas de vague pour le faire...sinon l’eau, les molécules, le vent constitué de milliers de choses, l’espace, le froid, les courants ascendants et descendants, notre vaisseau dans l’univers, la dune elle même qui s’évanouit en milliers de grains de sables et la conscience qui dessine là...toutes ces choses...en milliers de regards.

Y a t-il une liberté ou une saisie possible, dans les choses qui éclosent ? Ce sont des processus qui peuvent être décomposés à l’infini...on ne sait pas comment l’oiseau construit des nids si compliqués, on ne sait pas ce qu’est l’instinct, on saisit juste ses mouvements tangibles. On ne sait pas comment les mots s’établissent, en dépendance de milliards de vibrations sous-jacentes...on ne sait pas pourquoi on a tel corps, même si l’on devine que ce corps n’est pas né de rien, qu’il apparaît dans notre conscience comme un effet visible à chaque instant...palpable et apparemment solide et pourtant si liquide à chaque instant...un abîme de choses...

D’ailleurs tout disparaît au fil du temps, comme le rappel des milliards de choses qui dégringolent en mémoires elles mêmes s’en allant en fumée comme du papier d’Arménie, on ne sait pas où s’en vont leurs effluves...inconscientes.

La gratuité n’est pas la liberté je ne pense pas...mais plutôt l’acceptation de ce qui est à l’instant T. C’est libérateur. Parce qu’on disparaît. C’est ça l’intemporalité en quelque sorte, parce que dans chaque instant on sort de l’histoire, de notre histoire...
Est-ce en rapport avec la soif de devenir et du monde sensuel, de ce vide qu'il faut perpétuellement combler ? de l'ennui ? de ce bouillonnement intérieur ?
Peut être, la soif de devenir est toujours là et sera la jusqu’à la fin du corps, je vois mal comment je pourrais en faire l’abstraction. Et pourtant, je pense que c’est possible...il y a des personnes qui ont tous les maux possibles et qui rayonnent par dessus tout, d’autres qui n’ont presque rien et qui sont accablées...c’est l’intimité de chacun et c’est pas discutable...complexe donc.
C’est comment on se détache ou s’identifie au corps...

Dans la gratuité cependant, il n’y a pas de peurs ou de projection, alors c’est une exploration. C’est quelque chose que l’on peut souhaiter. FleurDeLotus
Il y a ce passage dans le texte qui résume un peu toutes ces tentatives verbales
On accueille simplement tout ce qui se présente sans essayer de l’éviter, d’y résister et sans non plus s’y attacher ou s’y identifier. Quand on accepte pleinement une chose telle qu’elle existe dans l’instant présent, on assiste à la cessation progressive de tout ce qui est conditionné.
Cinq clefs pour la parole correcte :
- dire au bon moment, prononcer en vérité, de façon affectueuse, bénéfique et dans un esprit de bonne volonté."
Avatar de l’utilisateur
tirru...
Team RB
Team RB
Messages : 4115
Inscription : lun. 7 juin 2004 18:30

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par tirru... » dim. 14 oct. 2018 22:24

Oui
jap_8
------------------------------------------------------------------------------ Image Sabba danam dhammadanam jinati - Le don du Dhamma surpasse tout autre don ImageDhammapada
Avatar de l’utilisateur
Floch
Papillon
Papillon
Messages : 323
Inscription : ven. 5 janv. 2018 10:37

Re: NE PAS ATTENDRE DE RÉPONSE, NE PAS DEMANDER DE FAVEURS

Message non lu par Floch » ven. 16 nov. 2018 21:41

Merci jap_8
Les circonstances ne cessent de changer ; nous ne trouverons jamais une perfection durable. Il y aura peut-être des moments parfaits où tout sera merveilleux et juste comme nous le souhaitons, mais les circonstances de ce moment-là ne pourront pas être maintenues. Nous ne pouvons pas rester en apnée après l’inspiration ; il faut finir par expirer.
Oui, c'est inévitable. C'est normal d'avoir des hauts et des bas. C'est normal d'avoir des moments de faiblesse.
Essayez cela en méditation. Prenez conscience de ce que vous n’aimez pas, de ce que vous ne voulez pas, de ce que vous détestez ou qui vous fait peur. Quand vous résistez à ces choses, vous leur donnez encore plus de force, vous leur donnez une immense influence et du pouvoir sur votre expérience consciente de la vie.
Tout à fait. Il ne sert à rien de lutter. On ne fait qu'aggraver les choses.

Par contre, si vous accueillez et vous vous ouvrez au mouvement naturel de la vie, dans ses bons comme dans ses mauvais aspects, que se passe-t-il ? Je sais de par ma propre expérience que, lorsque j’accepte et j’accueille l’expérience conditionnée, les choses n’ont pas de prise sur moi. Elles arrivent et repartent. On ouvre la porte et on laisse entrer toute la peur, l’angoisse, l’inquiétude, le ressentiment, la colère et le chagrin. Mais cela ne veut pas dire que l’on approuve ou que l’on aime ce qui se passe. On ne porte pas de jugement de valeur. On accueille simplement tout ce qui se présente sans essayer de l’éviter, d’y résister et sans non plus s’y attacher ou s’y identifier. Quand on accepte pleinement une chose telle qu’elle existe dans l’instant présent, on assiste à la cessation progressive de tout ce qui est conditionné.
On expérimente cela et les moments où on y parvient, sont des moments d'acceptation.

La libération de la souffrance dont le Bouddha a parlé n’est pas, en soi, une fin de la douleur et du stress. C’est plutôt une ouverture à un choix : je peux soit être piégé par la douleur qui m’arrive, m’y attacher et en être submergé, soit l’accueillir et, en l’acceptant et en la comprenant, éviter d’ajouter de la souffrance à la douleur existante, aux expériences d’injustice, aux critiques ou aux souffrances que j’affronte. Même après son éveil, le Bouddha a subi toutes sortes de choses horribles : son cousin a essayé de l’assassiner, des gens ont essayé de le piéger, il a été blâmé et critiqué, et il a souffert de maladies graves. Mais le Bouddha n’a pas ajouté de souffrance à ces situations. Il n’a jamais réagi avec colère, ressentiment, haine ou blâme ; il a simplement accueilli les situations.
C'est ça qu'il faut comprendre en fait; que la fin de la souffrance, c'est l'acceptation de la douleur et son non-attachement... mais cette desidentification est-elle le fruit d'un travail particulier ou bien se fait elle automatiquement par le fait même de l'acceptation ?
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité