Soyez libre là où vous êtes

Katly

Re: Soyez libre là où vous êtes

Message non lu par Katly » mar. 30 avr. 2013 03:43

A l'âge de sept ans, j'ai lu un jataka, c'est-à-dire un récit en rapport avec une vie antérieure du Bouddha en tant qu'animal. Cette vie particulière se passait en enfer. Or le gardien de l'enfer n'avait, on s'en doute, pas une once de compassion. Il était muni d'une énorme fourche et chaque fois qu'un résident faisait quelque chose de travers, il la lui en fonçait dans la poitrine. Le châtiment était atroce, extrêmement douloureux, mais il n'entraînait toutefois pas la mort de la personne. L'objet du châtiment était en effet que la personne souffre énormément, mais sans que cela entraîne la mort.

un jour les résidents se virent obligés de transporter des poids très lourds sur leurs épaules. Et le gardien enfonçait sa fourche dans le dos de tous ceux qui n'avançaient pas suffisamment vite à son gré. Le Bouddha (dans cette incarnation antérieure précise) vit que l'un des résidents ne pouvait réellement pas aller plus vite, et que le gardien s'approchait de lui pour le harceler avec sa fourche. alors dans son tréfonds le Bouddha éprouva le désir d'intervenir en sa faveur, de s'opposer au gardien, bien qu'il sût que ce dernier se retournerait aussitôt contre lui. Il se dit même que si l'intervention du gardien devait entraîner sa propre mort, il s'en moquait, bien qu'en toute logique il sût que ce ne serait pas le cas, que son interposition lui vaudrait seulement des souffrances plus aigües. Il s'approcha courageusement du gardien et dit : "N'as-tu donc pas de coeur ? Pourquoi ne donnes-tu pas à mon camarade le temps qui lui est nécessaire pour porter son fardeau jusqu'à destination ? " Le gardien se retourna prestement et enfonça son énorme fourche dans la poitrine du Bouddha. Or le Bouddha contre toute attente, mourut et c'est ainsi qu'à sa prochaine incarnation il prit forme humaine.

Il fallut donc énormément de courage au Bouddha pour s'opposer au gardien, pour le défier dans l'intérêt de quelqu'un d'autre qui partageait le même sort. Lorsqu'il vit l'injustice qui allait se commettre et qu'il comprit les abomonables souffrances qu'elle entraînerait pour son camarade, le Bouddha fut ému de compassion. Car son intervention avait pour seul mobile la compassion. C'est la raison pour laquelle il mourut sur-le-champs et put se réincarner sous la forme humaine. Ce jour-là il commença de pratiquer la pleine conscience et il pratiqua assidûment jusqu'en cette nuit où il devint le Bouddha Gautama. Le Bouddha, dans une de ses incarnations, a lui-même connu les abîmes de la souffrance. Mais la compassion qui s'éveilla en son coeur lui permit de se libérer de l'enfer.
Ayant moi-même enduré de grandes souffrances, il m'est permis d'affirmer que la compassion peut vous libérer de la situation la plus difficile qui soit. C'est l'énergie de la compassion qui vous y aide, qui vous procure le moyen de maîtriser les problèmes. Il fut un temps où nous nous rendions avec des barques dans le Golfe de Siam pour sauver de la mort ceux et celles qui fuyaient le Vietnam. C'était une entreprise très dangereuse pour eux comme pour nous, parce que la mer était infestée de pirates? Etant donné notre conviction que la meilleur façon de nous protéger était la compassion, non pas la violence, nous n'avions jamais de fusils à bord.
Pour sauver les gens, nous n'avions que notre compassion. Les ensignements bouddhistes ainsi que la pleine conscience, m'ont appris que la compassion était la meilleure protection qui soit.

Dans les cercles bouddhistes, l'on connaît Avalokiteshvara, le grand bodhisattva de compassion et d'écoute. Avalokiteshvara peut prendre une forme féminine ou masculine, s'incarner en tant qu'enfant, politicien, esclave, etc. Mais sous quelque forme qu'il se manifeste, son trait caractéristique est immanquablement une compassion illimitée.
Dans une de ses manifestations Avalokiteshvara était un esprit affamé, à l'apparence féroce. S'il prit cette apparence-là c'était pour mieux venir en aide aux esprits affamés, parce qu'en réalité il était habité par une immense compassion.

P.47


Butterfly_tenryu
Katly

Re: Soyez libre là où vous êtes

Message non lu par Katly » mar. 30 avr. 2013 08:24

A l'âge de sept ans, j'ai lu un jataka, c'est-à-dire un récit en rapport avec une vie antérieure du Bouddha en tant qu'animal. Cette vie particulière se passait en enfer. Or le gardien de l'enfer n'avait, on s'en doute, pas une once de compassion. Il était muni d'une énorme fourche et chaque fois qu'un résident faisait quelque chose de travers, il la lui en fonçait dans la poitrine. Le châtiment était atroce, extrêmement douloureux, mais il n'entraînait toutefois pas la mort de la personne. L'objet du châtiment était en effet que la personne souffre énormément, mais sans que cela entraîne la mort.

un jour les résidents se virent obligés de transporter des poids très lourds sur leurs épaules. Et le gardien enfonçait sa fourche dans le dos de tous ceux qui n'avançaient pas suffisamment vite à son gré. Le Bouddha (dans cette incarnation antérieure précise) vit que l'un des résidents ne pouvait réellement pas aller plus vite, et que le gardien s'approchait de lui pour le harceler avec sa fourche. alors dans son tréfonds le Bouddha éprouva le désir d'intervenir en sa faveur, de s'opposer au gardien, bien qu'il sût que ce dernier se retournerait aussitôt contre lui. Il se dit même que si l'intervention du gardien devait entraîner sa propre mort, il s'en moquait, bien qu'en toute logique il sût que ce ne serait pas le cas, que son interposition lui vaudrait seulement des souffrances plus aigües. Il s'approcha courageusement du gardien et dit : "N'as-tu donc pas de coeur ? Pourquoi ne donnes-tu pas à mon camarade le temps qui lui est nécessaire pour porter son fardeau jusqu'à destination ? " Le gardien se retourna prestement et enfonça son énorme fourche dans la poitrine du Bouddha. Or le Bouddha contre toute attente, mourut et c'est ainsi qu'à sa prochaine incarnation il prit forme humaine.

Il fallut donc énormément de courage au Bouddha pour s'opposer au gardien, pour le défier dans l'intérêt de quelqu'un d'autre qui partageait le même sort. Lorsqu'il vit l'injustice qui allait se commettre et qu'il comprit les abomonables souffrances qu'elle entraînerait pour son camarade, le Bouddha fut ému de compassion. Car son intervention avait pour seul mobile la compassion. C'est la raison pour laquelle il mourut sur-le-champs et put se réincarner sous la forme humaine. Ce jour-là il commença de pratiquer la pleine conscience et il pratiqua assidûment jusqu'en cette nuit où il devint le Bouddha Gautama. Le Bouddha, dans une de ses incarnations, a lui-même connu les abîmes de la souffrance. Mais la compassion qui s'éveilla en son coeur lui permit de se libérer de l'enfer.
Ayant moi-même enduré de grandes souffrances, il m'est permis d'affirmer que la compassion peut vous libérer de la situation la plus difficile qui soit. C'est l'énergie de la compassion qui vous y aide, qui vous procure le moyen de maîtriser les problèmes. Il fut un temps où nous nous rendions avec des barques dans le Golfe de Siam pour sauver de la mort ceux et celles qui fuyaient le Vietnam. C'était une entreprise très dangereuse pour eux comme pour nous, parce que la mer était infestée de pirates? Etant donné notre conviction que la meilleur façon de nous protéger était la compassion, non pas la violence, nous n'avions jamais de fusils à bord.
Pour sauver les gens, nous n'avions que notre compassion. Les ensignements bouddhistes ainsi que la pleine conscience, m'ont appris que la compassion était la meilleure protection qui soit.

Dans les cercles bouddhistes, l'on connaît Avalokiteshvara, le grand bodhisattva de compassion et d'écoute. Avalokiteshvara peut prendre une forme féminine ou masculine, s'incarner en tant qu'enfant, politicien, esclave, etc. Mais sous quelque forme qu'il se manifeste, son trait caractéristique est immanquablement une compassion illimitée.
Dans une de ses manifestations Avalokiteshvara était un esprit affamé, à l'apparence féroce. S'il prit cette apparence-là c'était pour mieux venir en aide aux esprits affamés, parce qu'en réalité il était habité par une immense compassion.

P.47
caroclem.4

Re: Soyez libre là où vous êtes

Message non lu par caroclem.4 » lun. 4 nov. 2013 18:58


------------------------- --------------------------
Encore une merveille : j'ai adoré ce livre.......je l'ai relu y'a pas si longtemps.......... une grande aide pour apprendre à mieux se découvrir, se connaître.. vivre en harmonie avec soi....... à vivre plus librement : en découvrant la joie de l'instant présent, en se libérant de ses émotions négatives, en pratiquant l'écoute profonde, l'attention....

Il est vrai qu'en ayant une ouverture d'esprit..... il nous est alors possible de mieux comprendre les autres ! On comprend vite quand on expérimente la compassion et la compréhension d'autrui qu'il faut avoir le cœur ouvert et être libre de ses peurs, doutes, souffrances..... pour savoir les écouter......comprendre qui ils sont..... C'est vrai, quelque fois : lorsqu'on aide : nous pouvons être renvoyés à des souffrances intérieures non résolues : et si nous sommes pas doux avec nous même, si nous ne faisons pas de travail sur soi : pour comprendre, analyser : nous ne serons jamais libre de tout cela et cela reviendra sans arrêt quand une occasion semblable se présentera nous entraînant sans cesse dans un cercle vicieux de souffrances encore et encore....

De même : la compassion est un sentiment pur, la sensation de se mettre à la place de l'autre, de partager sa peine, ses souffrances, d'être à son écoute : ne peut se faire si nous sommes nous même en souffrance..........

Ce livre m'a vraiment fait comprendre l'importance de créer en soi un équilibre, une stabilité pour se sentir libre quoi qu'il arrive, où que l'on, avec n'importe qui....l'essentiel étant de profiter de l'instant présent.....de gérer en pleine conscience à l'aide de la respiration les émotions destructrices comme la colère par exemple afin de rester serein, calme....

Lorsqu'on sait qui on est : qu'on s'est trouvé, qu'on se sent bien sur le chemin que l'on suit chaque jour : on goûte la vie à chaque instant..... flower_333
Gab

Re: Soyez libre là où vous êtes

Message non lu par Gab » lun. 4 nov. 2013 21:48

merci, je ne l'ai pas lu ....
Mais vous me donnez l'envie!
love_3 love_3 love_3
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités